briquet


briquet

1. briquet [ brikɛ ] n. m.
• 1701; de brique « morceau »
1Vx Pièce d'acier dont on se servait pour tirer du feu d'un caillou. fusil. Loc. anc. Battre le briquet : heurter la pierre à briquet pour en tirer une étincelle.
2Mod. Appareil pouvant produire du feu à répétition. Briquet à essence, à gaz, à amadou. Briquet électronique. Mèche d'un briquet. Pierre à briquet. Briquet de table, de bureau, de poche. Briquet rechargeable, jetable.
briquet 2. briquet [ brikɛ ] n. m.
• 1440; probablt de braque
Petit chien de chasse.

briquet nom masculin (moyen français briquet, morceau, de brique, palet, pièce) Petit appareil servant à donner du feu. ● briquet (expressions) nom masculin (moyen français briquet, morceau, de brique, palet, pièce) Pierre à briquet, alliage ferrocérique dont le frottement par une molette détache des étincelles très chaudes. Sabre(-)briquet, sabre court (XVIIIe et XIXe s.). ● briquet (homonymes) nom masculin (moyen français briquet, morceau, de brique, palet, pièce) briquaient forme conjuguée du verbe briquer briquais forme conjuguée du verbe briquer briquait forme conjuguée du verbe briquer briquer verbebriquet nom masculin (de briquet) Chien courant de petite taille, à poil long et hirsute. ● briquet (homonymes) nom masculin (de briquet) briquaient forme conjuguée du verbe briquer briquais forme conjuguée du verbe briquer briquait forme conjuguée du verbe briquer briquer verbe

briquet
n. m. Appareil servant à produire du feu.

I.
⇒BRIQUET1, subst. masc.
Chien de chasse de petite taille.
Rem. Attesté dans la plupart des dict. généraux.
Prononc. :[]. Pour LITTRÉ : ,,le t ne se lie pas dans le parler ordinaire; au plur., l's se lie : des bri-kè-z ingénieux``. Étymol. et Hist. Av. 1465 (CH. D'ORL., Rondeaux, éd. P. Champion, CLXVII, 1). Issu p. ext. de sens, en raison de la petite taille de ce chien, de briquet « petit morceau », v. briquet3. L'hyp. d'un empr. à un néerl. brickel « chien bâtard » dér. du néerl. breken au sens de « rompre la continuité d'une race » (BARB. Misc. 15, n° 11) fait difficulté en raison du manque d'attest. de l'étymon proposé.
II.
⇒BRIQUET2, subst. masc.
Sabre court et recourbé autrefois en usage dans l'infanterie.
Emploi adj. Sabre briquet :
Quelques hommes vêtus en paysans et armés d'un sabre briquet suspendu à un baudrier servent de gardes...
DU CAMP, En Hollande, 1859, p. 203.
PRONONC. :[].
ÉTYMOL. ET HIST. — 1. 1734 « couteau à longue lame » (Statuts des couteliers dans QUEM.); 2. 1807 « sabre court et recourbé de l'infanterie » (Gal BARDIN, Manuel d'infanterie, Paris, Maginet, p. 21 dans GOUG. Lang. pop., p. 185).
Plus prob. ext. de sens de briquet3 (la nature et la forme étant communes à ces 2 instruments; cf. FEW t. 15, 1, p. 279b, note 13) qu'altération de braquet « poignard » qui serait un dimin. de braguemart avec altération de briquet1 (DG, EWFS2) [la date 1806, WAILLY donnée par DAUZAT 1968 pour 2 semble erronée, le mot briquet n'étant pas attesté au sens de « sabre » ni dans l'éd. de 1806, ni dans celle de 1809].
III.
⇒BRIQUET3, subst. masc.
A.— Vx. Petite pièce d'acier que l'on frottait contre un silex pour en faire jaillir des étincelles. Briquet de fusil; battre le briquet :
1. La substance émailleuse ou vitrée revêt toute la surface de la couronne; elle est plus dure et plus compacte que l'osseuse, et va quelquefois jusqu'à faire feu avec le briquet.
CUVIER, Leçons d'anat. comp., t. 3, 1805, p. 107.
TYPOGR. Battre le briquet. Frapper le bord du composteur avec la lettre que le typographe y apporte :
2. Il n'est, de plus, aucunement nécessaire de tambouriner la lettre sur l'interligne, d'en frapper le composteur — autrement dit « battre le briquet »...
E. LECLERC, Nouv. manuel complet de typogr., 1932, p. 81.
B.— P. anal. Petit appareil qui sert à produire du feu. Briquet à air, hydrogène, électrique. Objet d'orfèvrerie que le fumeur utilise pour allumer cigarettes, pipes et cigares. Briquet à gaz, à essence :
3. Comme il voulait allumer une cigarette avec son briquet, il n'y a pas réussi, tenant le briquet beaucoup trop à droite, et cela à plusieurs reprises.
GREEN, Journal, 1949, p. 323.
Pierre à briquet. Alliage ferrocérique dont le frottement par molette met le feu au gaz ou à l'essence contenus dans le briquet.
PRONONC. :[].
ÉTYMOL. ET HIST. — 1735, déc. « pièce d'acier dont on frappe un caillou pour en tirer du feu » (Merc[ure] dans Trév. 1752); 1752 battre le briquet (Trév.); 1809 « appareil produisant instantanément du feu ou de la lumière » briquet pneumatique (Arch. Découv. t. 1, p. 281 dans BRUNOT t. 9, p. 1218).
Spécialisation de sens du m. fr. briquet, d'abord « morceau, petite quantité » (GDF.) puis « couplet de fer tenant lieu de charnière » 1676 (FÉLIBIEN Dict., p. 504) dér. de brique, d'abord « palet » puis « pièce, morceau ». Briquet a supplanté fusil en son premier sens de « pièce d'acier avec laquelle on bat un silex pour en faire jaillir les étincelles ».
IV.
⇒BRIQUET4, subst. masc.
[Dans les mines du Nord] Casse-croûte du mineur :
Enfin, elle se décida, coupa les tranches, en prit une qu'elle couvrit de fromage, en frotta une autre de beurre, puis les colla ensemble : c'était « le briquet », la double tartine emportée chaque matin à la fosse.
ZOLA, Germinal, 1885, p. 1149.
PRONONC. :[].
ÉTYMOL. ET HIST. — 1885, supra.
Terme wallon désignant un « quignon de pain ou paquet de tartines que l'ouvrier emporte quand il va travailler au dehors » (HAUST) spécialisation de sens du wallon briquet « bribe, morceau » (ibid.) corresp. au m. fr. briquet, v. briquet3.
STAT. — Fréq. abs. littér. :211. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 199, b) 285; XXe s. : a) 219, b) 442.
BBG. — BARB. Misc. 1936, t. 4, pp. 176-180; GOUG. Lang. pop. 1929, p. 185. — MAT. Louis-Philippe 1951, p. 224. — RIGAUD (A.). La Vraie Cour des Miracles. Vie Lang. 1969, p. 339. — SAIN. Lang. par. 1920, p. 31. — SAIN. Sources t. 1 1972 [1925], p. 64; t. 3 1972 [1930], pp. 445-446. — Termes techn. sous le premier Empire. Vie Lang. 1969, p. 371.

1. briquet [bʀikɛ] n. m.
ÉTYM. 1701; « petit morceau », XVIe; de brique « morceau ». → Brique.
———
I
1 Vx. Pièce d'acier dont on se servait pour tirer du feu d'un caillou. Fusil. || Battre le briquet.
0.1 Il battit le briquet, souffla sur l'amadou.
Bernanos, l'Imposture, in Œ. roman., Pl., p. 521.
Par comparaison :
0.2 Quand un cheval pète en sortant de l'écurie, c'est bon signe : il marchera bien. Le nôtre bat le briquet avec ses fers, et ce bruit me berce.
J. Renard, Journal, 9 juil. 1897.
Loc. métaphorique ou fig. (mod.). Battre le briquet.
1 Quand elle eut ainsi un peu battu le briquet sur son cœur sans en faire jaillir une étincelle (…)
Flaubert, Mme Bovary, I, VII.
2 Mod. Appareil pouvant produire du feu à répétition. || Briquet à essence, à gaz, à amadou. || La mèche d'un briquet. || Pierre à briquet. Ferrocérium. || Briquet de table, de bureau, de poche. || Briquet jetable. || Briquet pneumatique; (1829, in D. D. L.) briquet phosphorique. || Briquet électrique. || Briquet pour allumer le gaz. Allume-gaz.
2 (…) il semblait un peu irréel dans cette ombre, où mon faible briquet l'éclairait mal.
H. Bosco, le Jardin d'Hyacinthe, p. 63.
3 Ensuite il allume le feu avec son briquet à amadou en faisant bien attention à mettre la flamme du côté où il n'y a pas de vent.
J.-M. G. Le Clézio, Désert, p. 134.
———
II (1885, Zola). Régional (Nord de la France; Belgique). Casse-croûte; « paquet de tartines » (Hanse).
————————
2. briquet [bʀikɛ] n. m.
ÉTYM. 1807; « couteau à longue lame », 1734; altér. de braquet « petite épée »; p.-ê. de braquemart avec infl. de 1. briquet.
Anciennt. Sabre court et recourbé de l'infanterie.Appos. || Sabre briquet.
————————
3. briquet [bʀikɛ] n. m.
ÉTYM. 1440; probablt de braque, ou de brique « petit morceau ». → Brique.
Petit chien de chasse (chien courant), issu du griffon vendéen.

Encyclopédie Universelle. 2012.